• Accueil
  • Actualités
  • Des anticorps neutralisants produits par les lymphocytes B de survivants de la pandémie grippale de 1918

Des anticorps neutralisants produits par les lymphocytes B de survivants de la pandémie grippale de 1918

Publié le 30.09.2008

Si l’on a récemment pu reconstituer la séquence génétique du virus H1N1 de la pandémie grippale de 1918 et ainsi produire l’hémagglutinine antigénique recombinante (HA 1918), l’immunité adaptative à ce virus a été peu étudiée. C’est pourquoi des scientifiques américains [1] ont recherché des personnes qui, dans leur enfance (elles étaient alors âgés de 2 à 12 ans), avaient pu être exposées directement à ce virus, la plupart d’entre elles ayant cohabité avec un malade de la grippe dite « espagnole ».
Ils ont ainsi réuni 32 sujets âgés de 91 à 101 ans. Ils ont retrouvé dans le sérum de ces sujets 100% d’activité neutralisante envers le virus et 94% de réactivité à l’antigène HA 1918, des caractéristiques que ne présentait pas un groupe témoin constitué de personnes nées après la pandémie de 1918.
Par ailleurs, parmi ces 32 sujets, sept échantillons sanguins sur huit testés possédaient des lymphocytes B circulants ayant la capacité de secréter des anticorps dirigés contre l’antigène HA 1918. Ces anticorps ont montré une réaction croisée contre l’hémagglutinine de la souche virale H1N1 de la grippe porcine de 1930, dont l’antigène HA est très proche génétiquement de celui de 1918, mais pas contre les souches de virus grippaux apparues plus récemment.
De plus, ces anticorps ont montré une très grande affinité pour l’hémagglutinine HA 1918 et ils ont confèré une protection immune totale à des souris inoculées vingt-quatre heures auparavant avec le virus de 1918.

Ces résultats soulignent une durée extrêmement longue de l’immunité acquise vis-à-vis du virus grippale de 1918 (plus de 90 ans). La forte capacité de neutralisation des anticorps monoclonaux décrits ci-dessus ainsi que l’effet bénéfique de la transfusion des produits sanguins provenant de convalescents de l’épidémie de 1918 (brève du 27 novembre 2006) suggèrent l’intérêt thérapeutique de ces anticorps en cas d’émergence d’une souche proche du virus H1N1.

Neutralizing antibodies derived from the B cells of 1918 influenza pandemic survivors

Notes

[1] Yu, X., Tsibane, T., McGraw, P., House, F., Keefer, C., Hicar, M., Tumpey, T., Pappas, C., Perrone, L., Martinez, O., Stevens, J., Wilson, I., Aguilar, P., Altschuler, E., Basler, C. & Crowe Jr, J. « Neutralizing antibodies derived from the B cells of 1918 influenza pandemic survivors ». Nature. 455, 532-536 (2008)