• Accueil
  • Actualités
  • Existe-t-il un risque de transmission du virus influenza pandémique par les systèmes de ventilation ou de climatisation ?

Existe-t-il un risque de transmission du virus influenza pandémique par les systèmes de ventilation ou de climatisation ?

Publié le 14.10.2008

Les auteurs [1], employés l’un au Service des études médicales d’EDF et de Gaz de France, l’autre au laboratoire d’hygiène de la ville de Paris, ont soulevé la question suivante : le virus influenza est-il en mesure de contaminer une personne après avoir circulé via un système de climatisation ou de ventilation ? Une question qui deviendrait cruciale dans un contexte de phase d’alerte de pandémie grippale.

Pour répondre à cette problématique les auteurs ont procédé par étapes et étudié différents éléments :
- Une recherche bibliographique recueillant les articles publiés depuis 1960 et jusqu’à nos jours a été effectuée. Certains articles plus anciens issus de travaux expérimentaux pratiqués entre 1940 et 1960 ont également été parcourus.
- Les différents principes de ventilation et de climatisation dans les bâtiments résidentiels, les hôtels, les immeubles de bureaux et les bâtiments accueillant du public ont été répertoriés et exposés en détail, y compris le cas échéant l’efficacité des filtres.
- La taille des particules expulsées par le malade en toussant, en éternuant, en parlant ou même par simple expiration a été analysée. Les grosses gouttelettes d’un diamètre supérieur à 100 μm se déposent, quelques secondes après leur émission, dans un rayon de 2 mètres et ne sont donc contaminantes qu’à l’intérieur de ce cercle. Les particules d’un diamètre inférieur à 100 μm, essentiellement celles de moins de 5 μm (aérosols), peuvent rester en suspension dans l’air pendant une durée assez longue allant jusqu’à plusieurs heures et ainsi être transportées à distance du sujet source.

Toutes ces données se sont révélées insuffisantes pour tirer avec certitude des conclusions définitives. En théorie, la diffusion du virus influenza par aérosols à l’intérieur d’un bâtiment serait possible par l’intermédiaire d’un système de climatisation ou de ventilation. Cependant, il semble peu probable que le virus ait conservé son pouvoir infectieux et soit capable de contaminer ainsi à distance d’autres personnes, contrairement aux virus de la rougeole ou de la varicelle qui seraient peut-être plus résistants ou auraient une dose infectante plus faible.

A partir de tous ces éléments, les auteurs ont publié une série de recommandations pour minimiser le risque de transmission dans un bâtiment résidentiel, tertiaire ou recevant du public, en cas de pandémie grippale. Avec une mise en garde : de nombreuses inconnues subsistent, notamment concernant les caractéristiques de la nouvelle souche de virus qui apparaîtra.

Virus influenza pandémique à l’intérieur des bâtiments : quel risque de transmission par les systèmes de ventilation ou de climatisation ?

Notes

[1] Ezratty, V. & Squinazi, F. « Virus influenza pandémique à l’intérieur des bâtiments : quel risque de transmission par les systèmes de ventilation ou de climatisation ? ». Environnement, Risques & Santé. 7, 255-263 (2008)