• Accueil
  • Actualités
  • Identification de facteurs hôtes impliqués dans la réplication du virus de la grippe aviaire.

Identification de facteurs hôtes impliqués dans la réplication du virus de la grippe aviaire.

Publié le 21.10.2008

Le virus de la grippe aviaire, comme tous les virus, dépend de facteurs hôtes pour reproduire son cycle de vie. L’élucidation des mécanismes de l’infection virale progresserait si ces molécules hôtes étaient identifiées et caractérisées.
Dans ce but, les chercheurs Linhui Hao, Akira Sakurai et leurs collègues [1], ont choisi une approche systémique basée sur l’interférence ARN leur permettant de supprimer spécifiquement l’expression d’un gène et d’en étudier l’impact sur la réplication du virus. La drosophile a été adoptée comme modèle car un grand nombre de ses gènes sont conservés chez les vertébrés.
Toutefois, comme la drosophile ne possède pas de récepteurs pour l’hémagglutinine et la neuraminidase, protéines de surface du virus de la grippe aviaire, celui-ci a été modifié afin d’exprimer à sa surface la glycoprotéine du virus de la stomatite vésiculaire pour laquelle la drosophile possède des récepteurs. Le virus ainsi modifié pouvait pénétrer dans les cellules de drosophile et reproduire une partie de son cycle de vie, certaines protéines impliquées dans l’assemblage du virion n’étant pas exprimées.
Le criblage de 90% des gènes de la drosophile a résulté en l’identification de plus de 100 gènes hôtes affectant, augmentant ou inhibant, la réplication du virus. Plusieurs gènes, dont des homologues sont connus chez l’homme comme intervenant dans le cycle de vie du virus de la grippe aviaire, ont été ensuite testés dans des cellules humaines infectées, par des virus non modifiés H5N1 et H1N1. Ainsi, il a été montré que les gènes ATP6V0D1, COX6A1 et NFX1 notamment, ont une fonction importante dans la réplication du virus de la grippe aviaire et ce, de façon sélective, puisque la suppression de leur expression n’affecte pas la réplication du virus de la stomatite vésiculaire.
En conclusion, le criblage du génome de la drosophile par interférence ARN s’avère être une bonne méthode pour identifier des facteurs cellulaires importants pour la réplication du virus de la grippe aviaire et ainsi permettre de caractériser de nouvelles cibles pour des traitements antiviraux.

Drosophila RNAi screen identifies host genes important for influenza virus replication

Notes

[1] Hao, L., Sakurai, A., Watanabe, T., Sorensen, E., Nidom, C., Newton, M., Ahlquist, P. & Kawaoka, Y. « Drosophila RNAi screen identifies host genes important for influenza virus replication ». Nature. 454, 890-893 (2008)