Infection humaine par le virus aviaire influenza A H5N1

Publié le 14.11.2005

Dans cet article [1] , rédigé par le comité de rédaction de la consultation de l’OMS sur la grippe humaine à influenza A/H5, les auteurs présentent les caractéristiques cliniques de 59 cas confirmés d’infection humaine par l’influenza A H5N1 et leur évolution. Ils donnent également des recommandations pour les personnes à risque.
On notera que, parmi les voies de transmission possible, la transmission de l’animal à l’homme par contact direct (personnes exposées à des volailles malades) est la première source d’infection. La transmision interhumaine n’a pas été confirmée et la contamination de l’homme par son environnement (ingestion d’eau contaminée, autocontamination par les mains,...) est théoriquement possible. Les patients hospitalisés étudiés étaient le plus souvent de jeunes enfants ou des adultes jusqu’alors en bonne santé. L’incubation allait de 2 à 8 jours. Concernant la pathogénie de la maladie, la faible fréquence de la grippe aviaire chez l’homme (malgré l’étendue de l’exposition à des volailles infectées) montre que la barrière des espèces est importante. Les facteurs génétiques responsables de la sensibilité de l’hôte devraient être étudiés.
Un tableau récapitulatif montre que, parmi les personnes travaillant dans le domaine de la santé ou dans des élevages de volailles et exposées au virus aviaire influenza A H5N1, très peu de cas séropositifs ont été identifiés et la plupart du temps, ils étaient asymptomatiques.

Avian Influenza A (H5N1) Infection in Humans

Notes

[1] The Writing Committee of the World Health Organisation, Consultation on Human Influenza A/H5. “Avian Influenza A (H5N1) Infection in Humans”. The New England Journal of Medicine. 353, 1374-1385 (2005)