Les renards infectés par le virus H5N1

Publié le 02.12.2008

Les espèces animales carnivores sont rarement infectées par les virus influenza A. Pourtant, depuis l’émergence du virus A H5N1 hautement pathogène (H5N1 HP), sept espèces infectées par ce virus ont été recensées. Les manifestations cliniques de l’infection étaient alors principalement respiratoires, parfois associées à des signes neurologiques et souvent mortelles. L’origine de la contamination serait l’ingestion par ces animaux d’oiseaux infectés.

En Europe de l’ouest, parmi les espèces sauvages pouvant être exposées au risque d’infection par le virus H5N1, on trouve le renard (Vulpes vulpes). Largement répandu depuis l’éradication de la rage, ses habitudes alimentaires opportunistes pourraient l’amener à manger des oiseaux potentiellement infectés. Une étude, menée conjointement par des chercheurs américains et néerlandais [1], a montré d’une part la sensibilité du renard vis-à-vis du virus H5N1 HP de clade 2.2 [2] (le virus lui ayant été administré par voie intra-trachéale) et d’autre part la possibilité d’une contamination naturelle du renard à partir d’une source alimentaire infectée (par ingestion de carcasses de poulets infectés). Dans les deux expériences réalisées, les renards ont présenté une symptomatologie et des lésions histologiques modérées, plus sévères pour les renards contaminés par inoculation. Le virus a été retrouvé dans les sécrétions pharyngées pendant au moins cinq jours bien qu’aucun renard n’ait développé de forme sévère de la maladie.

Dans les régions où la maladie est endémique ou dans celles où surviennent des foyers de grippe aviaire chez les oiseaux sauvages, les renards, capables de survivre à l’infection, pourraient ainsi jouer un rôle dans la dissémination du virus hautement pathogène sur leur domaine vital et ainsi contaminer les espèces domestiques comme les poulets d’élevage. Les auteurs préconisent donc une surveillance de la population de renards dans ces zones et des analyses systématiques sur différents prélèvements biologiques ou à partir des carcasses, cette surveillance pouvant ensuite être étendue à d’autres espèces carnivores.

Highly Pathogenic Avian Influenza Virus (H5N1) in Red Foxes Fed Infected Bird Carcasses

Notes

[1] Reperant, L., van Amerongen, G., van de Bildt, M., Rimmelzwaan, G., Dobson, A., Osterhaus A. & Kuiken, T. « Highly pathogenic avian influenza virus (H5N1) infection in red foxes fed infected bird carcasses ». Emerging Infectious Disease. 14, 1835-1841 (2008)

[2] Influenza virus A/whooper swan/Germany/R65-1/2006