• Accueil
  • Actualités
  • Partage des souches virales : toujours aucun accord trouvé avec l’Indonésie

Partage des souches virales : toujours aucun accord trouvé avec l’Indonésie

Publié le 20.12.2007

Une réunion intergouvernementale s’est tenue à Genève les 20 et 23 novembre 2007, au cours de laquelle les Etats membres de l’OMS ont essayé d’obtenir un consensus sur les termes et les conditions de partage des échantillons de virus influenza. En effet, depuis début 2007, l’Indonésie refuse de partager les souches de virus influenza H5N1 isolées sur son territoire, estimant ne pas obtenir suffisamment de contreparties : pour l’Indonésie, les vaccins mis au point à partir des souches transmises bénéficieront aux seuls pays riches, les pays pauvres n’ayant pas les moyens de se les procurer.

Plusieurs rencontres se sont déjà déroulées au cours de l’année 2007 (Djakarta en mars, assemblée mondiale de la santé en mai, Singapour en juillet) afin d’essayer de résoudre la crise. Si l’Indonésie refuse de donner ses souches, c’est la sécurité sanitaire mondiale qui est menacée, en particulier en cas de pandémie grippale : la souche virale, point de départ d’une nouvelle pandémie, doit être rapidement identifiée pour permettre l’application des plans de préparation et enrayer la diffusion du virus. L’Indonésie, pays le plus touché à ce jour, compte 92 morts d’infection par le virus H5N1 sur les 206 décès confirmés par l’OMS et pourrait donc être à l’origine d’une prochaine pandémie à virus influenza H5. Le réseau mondial de surveillance de la grippe contrôlé par l’OMS existe depuis 1947. L’analyse des virus influenza permet la recherche, le développement et la production de nouveaux vaccins (qu’ils soient saisonniers, pandémiques ou aviaires). Concernant le virus H5N1, les analyses permettent d’identifier des mutations, l’apparition de résistance aux antiviraux et l’augmentation de la transmissibilité du virus.

Pendant ces trois jours, différentes propositions et réflexions ont été discutées : constitution d’un stock de vaccins prépandémiques, mise en place d’un groupe de travail interdisciplinaire sur les conditions de partage des échantillons de virus et l’accès équitable aux bénéfices ultérieurs, rapport d’expertise sur les questions de brevets relatifs aux virus grippaux et à leurs gènes. A l’issue de cette réunion, aucun accord n’a pu être trouvé. L’Indonésie n’acceptera de partager ses échantillons viraux que si elle a accès à des vaccins bon marché et si elle garde le contrôle de l’usage qui est fait des virus, demandant que tout usage commercial fasse l’objet d’un accord préalable. Une nouvelle rencontre devrait avoir lieu en mai 2008, lors de la prochaine assemblée mondiale.

Sharing influenza virus samples - november 2007