Un nouvel antiviral prometteur : le tamiphosphor

Publié le 27.11.2007

L’oseltamivir (Tamiflu) est un antiviral utilisé pour le traitement et la prévention de la grippe qui agit par inhibition de la neuraminidase (NA) virale. Il se fixe par son groupe carboxylate au niveau du site actif de l’enzyme contenant trois résidus arginine. Afin de synthétiser des dérivés phosphonates de l’oseltamivir qui ont montré une plus grande affinité pour les résidus arginine de la NA, des chercheurs chinois appartenant à l’Academia Sinica ont mis au point une nouvelle méthode de synthèse utilisant le D-xylose comme précurseur chiral approprié [1].

L’activité antivirale de l’oseltamivir et des derivés phosphonates a ensuite été mesurée in vitro :
- l’inhibition de la neuraminidase a été évaluée sur des enzymes de type sauvage ou mutant provenant de virus influenza H1N1 et H5N1,
- l’activité antivirale et cytotoxique a été mesurée sur culture cellulaire.
Le dérivé phosphonate tamiphosphor et le dérivé possédant un motif guanidine ont montré une activité antivirale supérieure à celle de l’oseltamivir, le deuxième s’étant même montré efficace vis à vis de la forme mutante H274Y de la neuraminidase du virus H5N1. Le communiqué de presse de l’Academia Sinica rapporte également que le tamiphosphor augmente le taux de survie de souris infectées par le virus H1N1 et fournit des taux de survie équivalents à celeui de l’oseltamivir pour des souris infectées par le virus H5N1.

A cause de la forte polarité [2] des groupes phosphonate et guanidinium, des recherches sur la formulation de ces composés devront être menées pour permettre la prise orale de ces composés.

Le Tamiphosphor, un nouveau médicament contre la grippe

Notes

[1] Jiun-Jie Shie. « Synthesis of Tamiflu and its Phosphonate Congeners Possessing Potent Anti-Influenza Activity ». Journal of the American Chemical Society. 129, 11892 -11893 (2007)

[2] Polarité : caractéristique physicochimique du médicament qui intervient, avec la solubilité, dans les phénomènes d’absorption. Une molécule polaire est une molécule hydrophile (ionisation facile), elle passe mal les membranes.