• Accueil
  • Actualités
  • Vaccin prépandémique, primo-vaccination, administration par voie intradermique : présentation de résultats préliminaires

Vaccin prépandémique, primo-vaccination, administration par voie intradermique : présentation de résultats préliminaires

Publié le 20.11.2006

Les résultats préliminaires de deux essais cliniques concernant des vaccins prépandémiques contre le virus H5N1 de la grippe aviaire ont été présentés au 44ème congrès de la société des maladies infectieuses américaines (IDSA 2006 44th Annual Meeting) qui s’est tenu à Toronto du 12 au 15 octobre 2006.

Dans le but de trouver de nouvelles stratégies vaccinales, des chercheurs de l’Université de Rochester aux Etats-Unis ont étudié la réponse immune induite par une seconde injection de vaccin prépandémique H5N1 chez des sujets ayant déjà été vaccinés avec un vaccin prépandémique préparé à partir d’une souche virale différente.
Pour cette étude deux groupes d’adultes ont reçu une dose de 90 μg d’un vaccin prépandémique à virus H5N1 inactivé de sanofi pasteur préparé avec une souche isolée au Vietnam en 2004-2005 (clade 1) :
- un groupe sans exposition préalable au virus H5N1 ou à un vaccin.
- un groupe de 37 personnes, ou groupe primo-vacciné, qui a participé à un essai en 1998 (après le premier cas de transmission du virus H5N1 de la volaille à l’homme à Hong Kong) et avait alors reçu deux doses d’un vaccin expérimental préparé avec cette souche de Hong Kong (clade 3).
Les réponses immunes de ces deux groupes ont ensuite été comparées.
Les résultats préliminaires de cette étude ont montré que deux fois plus d’individus ont développé des taux d’anticorps élevés (protecteurs) chez les sujets primo-vaccinés que chez les sujets n’ayant pas été précédemment en contact avec le virus H5N1 ou immunisés contre lui. Ces résultats, obtenus sur un petit groupe de personnes, doivent être confirmés mais ils ouvrent de nouvelles perspectives. La primo-vaccination avec un vaccin prépandémique avant l’apparition d’une pandémie permettrait qu’une seule dose de vaccin pandémique soit nécessaire quand la pandémie surviendra ; les personnels de santé, qui auront un rôle central en cas d’émergence d’une pandémie, pourraient bénéficier de cette primo-injection.

Les résultats de deux études concernant l’administration intradermique d’un vaccin prépandémique ont également été présentés au congrès de Toronto. Deux doses de vaccins ont été injectées à des sujets sains à un mois d’intervalle. Différents dosages d’antigène ont été testés (3, 9, 15 ou 45 microgrammes). Les chercheurs du Baylor College of Medicine (Houston, Etats-Unis) ont ensuite comparé les réponses immunes en fonction des voies d’administration : intradermique ou intramusculaire. Les taux d’anticorps ont également été mesurés et comparés après l’injection intradermique ou intramusculaire d’une troisième dose vaccinale, 6 mois plus tard. Ces études pilotes ont montré que l’injection par voie intradermique était bien tolérée sans améliorer la réponse immune. De plus fortes doses administrées doivent être testées.

Updates on Pandemic Flu Vaccine Trials to be Presented at 44th Annual IDSA Meeting