• Accueil
  • Actualités
  • La grippe saisonnière peut-elle être annoncée par l’augmentation des cas infantiles de rhinopharyngites ?

La grippe saisonnière peut-elle être annoncée par l’augmentation des cas infantiles de rhinopharyngites ?

Publié le 21.10.2010 | par Equipe éditoriale

Des chercheurs ont confirmé qu’en période hivernale, un délai d’environ une semaine sépare le début des épidémies de rhinopharyngites chez l’enfant et l’apparition de la grippe saisonnière. Ce phénomène avait été constaté par les praticiens mais jamais publié.

L’observatoire Hivern@le-KhiObs® de l’INSERM permet d’estimer le nombre d’enfants, âgés de 6 mois à 15 ans, résidant en France métropolitaine, qui consultent pour une pathologie infectieuse de la sphère ORL (angine, otite moyenne aigue, sinusite, rhinopharyngite) pendant la saison hivernale. Environ 1 000 praticiens, médecins généralistes, pédiatres et spécialistes ORL, participent à ce réseau qui fonctionne depuis l’année 2005.

Les données concernant les syndromes grippaux pour la même période sont disponibles sur le site du réseau Sentinelles®.

En superposant les résultats obtenus pour les saisons 2005-2006, 2006-2007, 2007-2008, les chercheurs ont constaté qu’un délai de 4 à 10 jours s’écoulait entre l’élévation du nombre des consultations infantiles pour pathologie ORL et l’arrivée d’un épisode d’épidémie de grippe [1].

Pour améliorer la reproductibilité du phénomène, les scientifiques ont reproduit l’étude à l’échelon des 22 régions métropolitaines françaises et ont obtenu des résultats cohérents avec l’analyse de niveau national : sur 61 évènements, les rhinopharyngites ont précédé la grippe 56 fois.

Pour expliquer la proximité des deux épidémies, les chercheurs rappellent que, selon d’autres études publiées précédemment, les enfants sont les premiers touchés en cas d’épidémie de grippe : une partie des rhinopharyngites enregistrées seraient en réalité des cas de grippes légères. D’autre part, les enfants sont à la fois des « réservoirs » et des « vecteurs » du virus influenza, ce sont eux qui l’introduisent au sein du foyer familial.

L’étude de l’évolution de l’incidence des rhinopharyngites pourrait ainsi être considérée comme un indicateur complémentaire de l’arrivée imminente d’une épidémie de grippe.


[1] Toubiana, L., Pousset, M., Messiaen, C. & Landais, P. « En période hivernale, l’évolution des rhinopharyngites infantiles est-elle annonciatrice des épidémies de grippes ? ». Bulletin épidémiologique hebdomadaire. 38-39, 401-404 (2010)